Articles Hommages

La lutte pour les droits civiques : Rosa Paks, Malcom X, Martin Luther King

 

Les luttes commencèrent dès la fin du xixe siècle avec la création de la NAACP et de la UNIA de Marcus Garvey. Néanmoins, la première grande victoire est enregistrée, sur le registre légal, par l’arrêt de la Cour suprême de 1954 dans Brown v. Board of Education, déclarant anti-constitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles publiques. L’année suivante, le boycott des bus de Montgomery est déclenché à la suite de l’arrestation de Rosa Parks, qui refusait de laisser son siège, dans un bus, à un Blanc. En 1956, la Cour suprême déclare la ségrégation raciale dans les bus, en Alabama, anti-constitutionnelle.

Autour de 1966, l’émergence du mouvement Black Power, globalement actif de 1966 à 1975, radicalise la lutte pour les droits civiques, et conduit à l’élaboration d’une lutte pour la dignité raciale, l’autonomie politique et économique, et l’émancipation de la tutelle des Blancs. On identifie erronément Malcolm X, membre des Black Muslims, au mouvement en faveur des droits civiques, alors qu’il s’y est opposé, parfois violemment, jusqu’à quelque temps avant sa mort.

Plusieurs universitaires désignent ce mouvement comme la « seconde Reconstruction », en référence à la Reconstruction qui a suivi la Guerre de Sécession, et pendant laquelle l’esclavage a été aboli, tandis que les Noirs nés en Amérique devenaient citoyens et recevaient le droit de vote. Néanmoins, en 1896 l’arrêt Plessy v. Ferguson légitimait les lois Jim Crow mises en place dans le sud et autres législations racistes.

 

Rosaparks.jpg

HISTOIRE – Pour la première, le 1er décembre 1955, en refusant de céder sa place à un passager blanc, une voix osa s’élever contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis: la voix d’une femme, celle de Rosa Parks (4 février 1913 – 24 octobre 2005). Plus qu’un acte de militantisme, sa force de conviction à croire en l’égalité fut le point de départ à son application. Pour cet acte de bravoure, la “mère du mouvement des droits civiques” fut récompensée par la reconnaissance de tous ainsi que par un don d’une centaine de dollars. Afin de remercier l’un des initiateurs de cette récompense, le Révérend King, Rosa Parks décide de lui envoyer une lettre bouleversante d’humilité et d’espoir.

Cher révérend King,

Cette note que je vous adresse à vous, au conseil administratif de M.I.A. et à nos nombreux et chers amis, est pour vous dire un grand, grand merci à tous pour la gentillesse et la générosité dont vous avez fait preuve à notre égard avant notre départ de Montgomery. Je n’ai pas de mots pour exprimer ma gratitude envers tout ce qui a été fait pour nous aider. Cela figurera toujours parmi mes plus beaux souvenirs. Même si j’étais désolée de partir maintenant, c’est peut-être pour le mieux. Ma mère est heureuse d’être auprès de son fils et de ses petits-enfants. Mon mari se sent bien, il travaille. Il adore l’endroit et s’améliore de mille et une façons. Vous me manquez tous tellement, j’aimerais avoir des nouvelles de ce qui se passe là-bas. Je souhaite et prie vivement pour que les progrès se poursuivent dans notre lutte pour la liberté et la justice pour tous.

Dieu vous bénisse et vous garde tous, et merci encore et encore.

Bien à vous,

Rosa Parks.

 

P.S. Je suis triste de ne pas avoir pu vous entendre quand vous êtes venu parler ici récemment. J’espère vous voir à Highlander.

Source : R.P.

 

#blacinthecity#blackbloggerfrance #blackblogueusefrance #blackblogueuse

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    consequat. dolor odio venenatis, libero. fringilla