Articles Ethnique Société

Ecritures africaines!

En Afrique, de la parole picturale à l’écriture

Berceau de l’humanité, le continent africain est aussi un immense espace géographique et culturel qui vit naître, en certaines de ses régions, des écritures réputées être parmi les plus anciennement inventées sur la terre, comme les hiéroglyphes d’Égypte ou l’écriture méroïtique de la haute vallée du Nil ; s’y développèrent dès l’Antiquité d’autres systèmes, alphabétiques ou syllabiques : écritures punique et libyco-berbère, grecque et latine, sur la bordure méditerranéenne ; écritures éthiopiennes en Afrique de l’Est ; écriture arabe à partir du VIIe siècle en Afrique du Nord, et dans les régions sahariennes, soudanaises et nigériennes islamisées.

Musée de l’Homme

Calebasse représentant soleils, animaux et personnages humains.
Cameroun

gc87-5e

Dans le continent africain, riche en systèmes de signes, l’écriture participe de toute représentation visuelle. Si l’Afrique foisonne de langues – de 700 à 1 500 selon les critères généraux de distinction entre langue et dialecte – elle est riche aussi en alphabets et en systèmes de signes variés. Ces alphabets d’origine récente, ont la particularité d’être nés de l’imagination d’hommes (d’un roi parfois) dont on connaît le nom. Ils ont été très peu utilisés pour la publication.

Parmi les moyens de communication couramment utilisés, il existe de nombreux codes symboliques picturaux et graphiques. Notre civilisation, qui n’a jamais eu d’autre expérience de l’écriture que l’alphabet, a pu sous estimer l’importance des signes graphiques dans la communication. Certes, on ne parle pas d’alphabet, de ponctuation ni d’ortographe, mais d’une grammaire visuelle qui organise ces signes. Le regard en reconnaît l’ordre, et c’est en inventant la lecture, pour comprendre les messages gravés, que chacun à sa manière s’engage sur la trace de l’écriture. Le signe graphique africain représente le plus souvent, un message complet et non une forme phonétique isolée.

Idéographiques, pictographiques ou abstraits, ces signes nourrissent la tradition graphique et assurent la communication. Ils sont aussi la source première d’inspiration pour les inventeurs d’écritures modernes, syllabaires et alphabets, depuis le XIXe siècle.

alafri1

 

Source : Africains BNF

#blackinthecityworld

 

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    ut leo ut Aenean dolor. risus. elit. Lorem ipsum id mattis adipiscing