À propos de l’Auteure

Marie-Inaya MUNZA cette jeune  auteure franco-congolaise est allée toucher du doigt les situations vécues par cet ensemble de femmes noires qui ont construit leurs vies du côté de l’Occident. Pour raconter l’histoire de ces femmes dans son roman « Black in the city », l’auteure a choisi comme héroïne Amanda Parks une jeune femme noire, brillante mais confrontée aux différents prismes de son identité plurielle.

Marie-Inaya MUNZA est née et a grandi au Congo-Brazzaville. À l’âge de 8 ans, avec sa famille, elle quitte l’Afrique pour la France avec sa famille. Ils ce sont installés à Bordeaux. À 20 ans,  elle part vivre dans l’une des plus belles capitales du monde : Paris !!! Elle y reste près de dix ans. Cette ville cosmopolite, multiculturelle et en constante effervescence, lui a fait devenir la femme qu’elle est aujourd’hui : rêveuse, ambitieuse et tenace.

 

Elle s’identifie comme une « Afropéenne », Afropolitaine autant que « Black in the City ».  Car empreinte d’une double culture, son existence est constament partagée entre deux mondes. L’afropéanisme est la combinaison de plusieurs cultures. Elle a  pour habitude d’appeler cela « le métissage invisible».  À l’heure où l’on s’interroge sur l’identité nationale, cette jeune romancière apporte un regard positif sur notre société, en la dépoussiérant de ses vieux clichés.

Marie Inaya Munza, présente une œuvre mêlée d’expériences de femmes qu’elle a rencontré au cours de sa vie, et au cours d’une lecture.

Black in The City est un roman psychologique et sociétal qui a pour vocation d’ouvrir des pistes de réflexion sur la complexité de posséder aujourd’hui, une double culture au-delà même des richesses conférées.

Tout en offrant un moment de lecture divertissant, l’histoire d’Amanda Parks nous force à nous interroger sur les rapports humains au sein société française actuelle.

Vous l’aurez compris Amanda Parks est plus qu’une héroïne, elle est l’incarnation d’une société en mutation. Celle d’une génération de femmes noires  modernes et ambitieuses. Elles embrasse cette nouvelle ère pour exprimer haut et fort une identité plurielle. Cette figure visiblement peu représentée dans les médias et dans les livres, compte pourtant parmi les visages de la France contemporaine.

« Black in the City – par les thèmes qu’il aborde, par les personnages qu’il met en scène – appartient à cette veine de texte qui tisse des liens entre les classes sociales et les communautés », Extrait de la préface de François DURPAIRE.

Docteur et agrégé d’histoire, auteur de plus d’une quinzaine d’ouvrages, François DURPAIRE est enseignant-chercheur à l’université de Cergy-Pontoise. Certains parlent de lui comme d’un historien de la Relation. François DURPAIRE a été particulièrement sensible à la démarche de Marie-Inaya MUNZA : mettre en lumière un portrait différent de la femme noire de France, en balayant les vieux clichés et en abordant les grandes questions de l’identité et de la culture dans le monde du travail, dans une littérature accessible à tous. Spécialiste des questions d’éducation et de diversité culturelle aux Etats-Unis et en France, François DURPAIRE n’a pas hésité à écrire la préface de Black in The City.

 

À propos des éditions La Bruyère

Créées en 1979, Les éditions LA BRUYERE ont pu acquérir et renforcer leur savoir-faire en matière d’exigence éditoriale en publiant des auteurs de littérature de tous horizons, qu’ils soient débutants comme Marie-Inaya MUNZA ou confirmés. Reprises en 1997 par Jean-Charles Lonné, fondateur des éditions LE SEMAPHORE, les éditions LA BRUYERE se démarquent par des ouvrages de référence aux préfaces prestigieuses.

Black in The City est un roman psychologique et sociétal qui a pour vocation d’ouvrir des pistes de réflexion sur la complexité de posséder aujourd’hui, une double culture au-delà même des richesses conférées.

Tout en offrant un moment de lecture divertissant, l’histoire d’Amanda Parks nous force à nous interroger sur les rapports humains de notre société française actuelle…

Dossier de Presse – Black in The City

🙂

    mattis Aenean Nullam elit. facilisis eleifend